Yearbook Collège de l’Epine : un projet mené en cours d’Anglais

yearbook college de l'epine -1

Bonjour Madame Droguet-Lehr. Vous enseignez l’anglais au Collège de l’Epine. Comment vous est venue l’idée de créer un yearbook avec vos élèves ?
J’avais envie de mettre en place un projet annuel avec mes élèves, de leur faire créer quelque chose sur toute l’année, qu’ils pourraient garder une fois l’année terminée. Le fait que le yearbook soit une tradition dans les pays anglo-saxons ajoutait un aspect culturel à l’aspect pédagogique.
Quels sont selon vous les intérêts d’un projet yearbook pour la matière que vous enseignez ?
Le programme du niveau de 4° se prête assez bien aux différentes rubriques que l’on peut intégrer dans le yearbook (la présentation personnelle, les articles de journaux qui relatent des évènements passés ou des expériences vécues par exemple …). Cela permet aussi aux élèves de consulter de vrais yearbooks déjà créés dans des pays anglo-saxons et cela les met en contact direct avec la civilisation anglophone.

yearbook college de l'epine -4

yearbook college de l'epine -7

yearbook college de l'epine -6

En lisant le texte introductif du livre, co-écrit par deux élèves, nous sommes vite plongés dans les “Get Together days”. Pouvez-vous nous en expliquer le principe ?
Depuis peu, le collège de l’Epine a décidé de mettre en place des journées d’intégration pour tous les niveaux, de la 6° à la 3°, avec pour objectif de travailler sur la cohésion de la classe, afin de créer une dynamique de travail sur l’année. Les journées ne sont pas organisées de la même manière selon les différents niveaux mais elles ont toutes le même but. A la rentrée 2012, les élèves de 4° sont partis faire une randonnée (pour laquelle ils avaient défini l’itinéraire selon des consignes très précises) et l’objectif était de faire toute la randonnée avec sa classe, malgré les différences de niveaux physiques.
La “Rubrique Paris, si… Novalaise” met en scène des travaux de photographie de vos élèves, alors encadrés par un photographe professionnel. En quoi consistait cet atelier et quels étaient les objectifs pédagogiques ? 
Cette année, les 2 classes investies dans le projet yearbook ont aussi fait partie d’un autre projet à caractère plus artistique : les 2 projets n’avaient, au départ, pas vocation à être liés, mais cela m’a semblé une bonne idée que de les réunir, dans la mesure où le yearbook est le reflet d’une année passée dans un établissement, et je voulais que les élèves puissent garder un souvenir différent de leur année.

yearbook college de l'epine -3

yearbook college de l'epine -2

Leur travail de photo a surtout porté sur la réflexion, plus que sur les aspects techniques de mise en page des photos. Le photographe professionnel avec lequel nous avons travaillé a proposé différents thèmes – l’autoportrait, le collège, le lac (car le collège se trouve à proximité d’un lac) et Paris (car ces 2 classes partaient à Paris) – les élèves en ont choisi un et ont suivi la consigne donnée pour chaque thème (par exemple pour l’autoportrait : faire un autoportrait sans montrer son visage). Cet atelier leur a permis d’entrevoir le travail de photographe dans sa dimension artistique et non technique.
Tous vos élèves ont participé à ce projet via notre application en ligne. Quelle a été la réaction de vos élèves lorsqu’ils ont reçu leurs yearbooks ? 
L’application en ligne est assez simple d’utilisation, les élèves n’ont pas eu de problèmes particuliers pour transmettre leurs données (à part lorsqu’ils se trompent dans l’orthographe de l’adresse à utiliser !). C’est plus pour moi que le travail a été lourd car les élèves, n’ayant pas l’habitude de tels projets, n’ont pas réalisé l’importance de respecter certaines dates. Si l’on veut que leurs travaux soient consignés sans erreurs, il faut travailler en classe avec des fiches navettes et pour beaucoup d’élèves cela reste très abstrait. Cela dit, ils ont été bluffés par le livre lorsqu’ils l’ont reçu, ils n’avaient absolument pas réalisé que ce serait un vrai livre !! Certains l’ont même montré à des élèves d’autres classes et j’ai d’ailleurs eu des retours d’élèves de 5° !
The following two tabs change content below.
After a degree in corporate journalism and 4 years in a publishing agency in Paris, Julien fell into digital. Passionate about content in general, he loves turning good ideas into practical tips & tricks. That's just one of the things he does at Fusion Yearbooks, as a Digital and Content Manager.

Australia's #1 Yearbook Company