Le Guide Complet de la Photographie pour Yearbooks

Yearbook photo tips - blog banner

Avec l’essor des smartphones, des tablettes et des réseaux sociaux, la photographie fait définitivement partie de notre quotidien. Quoi de plus normal donc, que de retrouver nos meilleures photos dans le yearbook ?

Mais une question reste en suspens : que doit-on faire pour que nos photos soient optimales, tant au niveau de leur contenu que de leur qualité pour l’impression ? En suivant les 25 conseils proposés dans ce guide complet de la photographie pour yearbook bien-sûr !

Je sais… Vous ne pouvez pas résister (et moi non plus). Que cela soit pour un selfie, du street-art aperçu sur le chemin de l’école ou encore un plat photogénique au restaurant, nous ne pouvons pas nous empêcher de prendre des photos tout le temps. Nous avons besoin de documenter notre quotidien pour montrer à notre communauté qui nous sommes vraiment et ce qui nous plaît dans la vie. Conséquence logique : 300 millions de photos sont importées et partagées sur Facebook (pour ne citer que ce fameux réseau social).

Est-ce que cela signifie pour autant que les photos de mauvaise qualité ont disparu de la circulation ? Malheureusement, non… Je suis même certain qu’au moins la moitié des clichés diffusés sont pixellisés, flous ou sous-exposés. Et je peux vous assurer que la plupart d’entre eux ne sont pas exploitables pour une impression de qualité. Certes, la technologie nous a donné le pouvoir de prendre des photos magnifiques, mais si nous ne prenons pas la peine d’appliquer les règles essentielles de la photographie (qui étaient là bien avant l’iPhone), la qualité de nos yearbooks s’en trouve menacée. Car même le plus magnifique des designs peut être entièrement gâché par de mauvaises photos.

Mais ne vous inquiétez pas. Vous allez voir dans cet article qu’obtenir des résultats à la hauteur n’est pas si sorcier. En passant par la découverte des réglages de votre appareil photo et les secrets de la composition photographique, en appliquant des conseils simplissimes pour l’organisation de vos prises de vue ou la manière de sélectionner vos photos pour le yearbook, vous allez devenir expert plus vite que vous ne pouvez l’imaginer.

Alors, sortez vos appareils, car c’est parti !

Chapitre 1 : bien connaître votre appareil est capital

Avant de plonger dans les détails, je pense qu’il est judicieux d’aborder quelques incontournables du jargon de la photographie. Cela vous permettra de mieux comprendre comment tel ou tel réglage peut affecter vos photos. Vous verrez que j’ai illustré le tout avec des exemples concrets mais si vous souhaitez aller plus loin, je vous invite à cliquer sur les liens que j’ai ajoutés ici et là dans l’article. Ce guide s’adressant aux débutants, j’ai pris le parti de ne pas faire trop compliqué, mais les curieux pourront toujours accéder aux articles techniques dont je me suis inspiré si besoin.

camera menu button

Les réglages de votre appareil sont généralement accessibles via le bouton du Menu.

01. Ouverture du diaphragme – ou le pouvoir de jouer avec la profondeur de champ

Il y a de fortes chances que vous preniez des photos-portraits pour votre yearbook : les étudiants, les profs, l’équipe administrative et j’en passe. Jouer avec le focus et la profondeur de champ peut ajouter une touche professionnelle à vos photos. En fait, il s’agit d’isoler votre sujet de l’arrière-plan.

En choisissant le bon réglage, vous pouvez rendre votre sujet extrêmement net, tout en flouant légèrement l’arrière-plan.

Comment ça marche concrètement ?
Parlons pratique. Modifier l’ouverture de votre diaphragme permet de laisser entrer plus ou moins de lumière dans votre appareil photo. Donc, en deux étapes, voici ce qu’il faut faire :
> Ajustez le focus sur votre sujet (la personne que vous photographiez par exemple).
> Ouvrez le diaphragme en baissant le f/stops (F + chiffre étant l’unité de mesure) jusqu’à que votre fond soit suffisamment flou.

Astuce : si vous utilisez un smartphone, effleurez simplement votre écran sur votre sujet et vous verrez que le réglage se fait automatiquement (idem sur un appareil photo numérique lorsque vous appuyez légèrement sur le bouton déclencheur tout en visant votre sujet).

Voilà ! Vous savez désormais jouer sur la profondeur de champ !

Quel réglage pour quel usage ?

Voici quelques recommandations d’experts de la photographie :
> F1.4 – F5.6 pour les portraits
> F4 – F9 pour les photos de groupes
> F11 – F22 pour les paysages.

Vous avez saisi l’idée :
> Plus l’unité de mesure est  basse = plus il y a de lumière qui entre
> Plus elle est haute = moins il y a de lumière

Gardez tout de même en tête qu’il vous faut combiner ce réglage avec la vitesse d’obturation (la vitesse de déclenchement de la photo).

Voici un bon exemple repéré sur cet excellent article consacré à l’ouverture du diaphragme publié par Picture Correct. Vous pouvez constater que le réglage change la donne.

yearbook photo tips - aperture 2

Astuce

Vous pouvez utiliser la même technique pour créer vos propres fonds de pages pour le yearbook. C’est ce qu’on appelle l’effet bokeh. Pour créer un fond de page spectaculaire avec cet effet, suivez les étapes proposées dans cet article.

bokeh backgrounds

Vous n’avez pas le temps ? Découvrez les fonds de pages que
nous avons préparés pour vous ! Ils sont prêts à l’emploi.
Accédez à notre logiciel yearbook ici.

02. Vitesse d’obturation – ou comment jouer avec la netteté de vos sujets

Pour vos pages sport ou autres photos d’action, vous avez le choix entre 2 principales options. Pour la première, il s’agit de saisir l’instant avec une image très nette (comme sur la première photo ci-contre). En choisissant cette option, vous obtiendrez des détails très fins (une expression de visage, une position spécifique de votre sujet, etc.). Pour la seconde, au contraire, vous misez tout sur le mouvement (seconde photo). Ici les détails s’estompent mais le résultat accentue la sensation de vitesse.

Vous pouvez gérer tout cela en réglant la vitesse d’obturation de votre appareil. Plus elle est rapide, plus votre cliché sera net. Plus elle est lente (ce que vous remarquerez directement à l’oreille également), plus la sensation de vitesse est accentuée.

La vitesse d’obturation se mesure en fractions de secondes. Voici quelques exemples de réglages qui pourront vous être utiles pour le yearbook :
> 1/500 seconde pour capturer un joueur de football en action (net)
> 1/250 seconde pour des enfants qui jouent
> 1/125 seconde pour les photos de tous les jours
> 1/30 seconde pou retrouver l’effet de vitesse et de flou comme sur la photo ci-contre.
> Plus d’exemples ici.

03. La balance des blancs – un réglage que l’on a tendance à oublier…

Vous êtes-vous déjà demandés pourquoi vos sujets finissaient tout jaunes sur vos photos prises à l’intérieur ? Ou tout bleus lorsque vous utilisez un flash ? Figurez-vous que tout cela est lié à la balance des blancs. C’est un réglage important qui vous permet d’adapter votre appareil à la lumière ambiante, quelle qu’elle soit.

Réglage automatique ou manuel : que choisir ?
Les deux options fonctionnent – même pour les débutants ! Votre appareil propose certainement des modes comme : nuageux, ensoleillé, tungsten, fluorescent, etc. Ces modes automatiques jouent sur la balance des blancs. Regardez le montage ci-dessous pour mieux comprendre le principe (et savoir que choisir selon les conditions de lumière).

Bien entendu, vous pouvez choisir vos propres réglages. Pour cela, vous pouvez utiliser un tee-shirt ou un mur blanc. Pour aller plus loin sur la question, je vous invite à consulter cet article de SLR Lounge. Ils expliquent clairement comment procéder.

04. Utilisez les réglages ISO pour modifier le grain de vos photos

Avez-vous déjà eu l’occasion d’utiliser un appareil photo argentique ? Si tel est le cas, vous vous souvenez peut-être du genre de pellicules que vous mettiez dans votre appareil (sinon, demandez à vos parents). A l’époque, lorsque vous souhaitiez acheter une pellicule photo, vous aviez le choix entre plusieurs ISO (100, 400, 800 ou plus). Ce petit chiffre présent sur l’emballage indiquait la sensibilité de votre pellicule à la lumière. Bref, à l’ère du digital, cette mesure a été intégrée dans les réglages de votre appareil numérique. Mais le principe reste le même.

Plus votre ISO est important, plus votre photo sera lumineuse, au risque de voir apparaître davantage de bruit ou de grain sur vos photos (vous savez ces petits grains que l’on aperçoit parfois sur des photos sombres). Un peu comme sur l’exemple ci-dessous.

Voici quelques réglages que je vous encourage à essayer selon les conditions de lumière :
> ISO 100 : à l’extérieur, lors d’une journée ensoleillée
> ISO 200 : à l’intérieur, par jour de beau temps, lorsque vous êtes à proximité d’une fenêtre
> ISO 400 : à l’extérieur, si vous êtes à l’ombre
> ISO 800-1000 : à l’intérieur, si vous êtes loin de toute source de lumière naturelle
> ISO 1600 et plus : environnement sombre, photos de nuit, etc.

05. N’ayez pas honte d’utiliser les réglages automatiques !

Vous n’avez pas le temps ou la patience de vous intéresser aux techniques de la photographie ? Aucun souci, les réglages automatiques sont faits pour vous. Voici les plus communs :

  • Auto – C’est le plus basique. Il gère tout à la fois et s’adapte à toutes les conditions. Vous pouvez toujours utiliser le zoom et le réglages manuel des ISO si besoin.
  • Portrait – Idéal pour prendre des portraits pour le trombinoscope.
  • Action – Celui-ci priorise une haute vitesse d’obturation, ce qui est conseillé pour vos photos d’action ou de sport.
  • Paysage (landscape) – La clé de ce réglage, c’est la faible ouverture du diaphragme. Le top pour capturer une scène très large, en détail.
  • Macro – Ici, on tombe carrément dans la photographie des insectes ! Idéal pour un focus parfait sur de très petits sujets.
  • Mode Nuit – La vitesse d’obturation est lente (pour capturer plus de détails quand la lumière est faible). Un réglage qui vous sera utile pour vos photos de soirées.
  • Av et Tv modes – Plus avancés, ces modes semi-automatiques vous permettent de choisir manuellement l’ouverture du diaphragme et la vitesse d’obturation, pendant que l’appareil se charge d’équilibrer tout le reste.

Astuce

N’oubliez JAMAIS de régler votre appareil sur la résolution maximale. Cela maximisera vos chances d’obtenir des photos de qualité suffisante pour l’impression. Plus la résolution est basse, plus vous prenez des risques. Vous ne voudriez pas que votre yearbook soit truffé de photos pixellisées, n’est-ce pas ?

camera resolution setting

OK. A cette étape, votre appareil photo n’a plus de secrets pour vous. Il est temps de vous mettre à prendre vos photos… Enfin, presque ! Il vous faut aussi connaître les principales techniques de la photographie.

Chapitre 2 : qu’est-ce qu’une bonne photo ?

Connaître votre appareil photo sur le bout des doigts n’est pas suffisant. Il nous faut aussi aborder des points comme : Comment bien cadrer vos photos ? Quel est le message à transmettre à votre audience ? Comment raconter une histoire en utilisant la technique ? Dans ce chapitre, nous allons donc parler des bases de la composition photographique. Puis, vous découvrirez aussi quelques trucs et astuces pour rendre vos photos plus intéressantes en terme de contenu.

06. Appliquez la règle des tiers pour ajouter de la profondeur à vos images

La règle des tiers est une technique efficace pour composer une image de qualité. Imaginez que votre image est divisée en 3, horizontalement et verticalement. Placez votre sujet à une des intersections des lignes de tiers avant de déclencher. Concrètement, votre sujet est sensiblement décentré, ce qui permet au spectateur de voir un peu plus de détails sur la scène. Cela vous permettra aussi de jouer sur la profondeur de champ pour bien isoler votre sujet. Appliquez cette technique lors de vos voyages de classes, de vos excursions ou tout autre compte-rendu illustré. Votre article sera digne des plus grands photo reportages !

rule of thirds

Ici, le bateau est situé à l’intersection des lignes de tiers. Cela nous permet de mieux visualiser la scène, le calme de la nature environnante, et d’imaginer le dynamisme de la ville en arrière-plan.

07. Utilisez les lignes naturelles pour guider le regard de vos lecteurs

Voici une autre manière de susciter l’intérêt de vos spectateurs. Les lignes permettent ici de planter le décor et de diriger le regard vers les éléments de votre choix. Vous pouvez utiliser cette technique pour accentuer des détails de l’architecture de votre école (bâtiments, infrastructures sportives, etc.). Ce qui peut être très intéressant pour le design de votre couverture.

08. La symétrie est une valeur sûre

Les fans d’Instagram ne me contrediront pas : les photos symétriques fonctionnent pour toutes les occasions ou presque, de la photo de paysage au portrait. Essayez de rendre vos photos plus intéressantes en incluant un détail qui attire l’attention : le studium punctum !

symmetry

Le temple ici présent étant aussi imposant que symétrique,
l’usage de la symétrie semble tout à fait logique.

09. Premier-plan / arrière plan : sachez où se trouve votre sujet

Savoir distinguer votre premier-plan de votre arrière est une technique simple mais utile. Votre premier plan, c’est le sujet sur lequel vous voulez vous concentrer. L’arrière-plan en revanche, est constitué de tous les éléments du décor sur lequel vous ne voulez pas forcément insister. Savoir bien faire cette distinction vous permettra d’éviter les photos surchargées et de bien mettre vos sujets en valeur.

fore-back contrast

focused

Imaginons un devoir pour vos élèves en sciences naturelles. Leur mission : prendre des photos de fleurs et rédiger une petite présentation. Enseignez-leur comment bien isoler leur sujet pour obtenir des résultats de choc. Vous voyez la différence ci-dessus ?

10. Regardez bien avant de déclencher : la chasse aux éléments perturbateurs

Votre sujet est bien dans votre viseur et vous vous apprêtez à appuyer sur le bouton. Stop ! Vérifiez une dernière fois pour éviter de vous retrouver avec un sujet parfait… mais un arrière-plan qui pose problème. Voici les points à vérifier :
– Pas de doigts dans le cadre (une erreur fréquente)
– L’ombre du photographe n’est pas dans le cadre
– Personne ne fait de grimace en arrière-plan
– Aucun objet ne nuit à la composition de votre image
– Aucun effet d’optique n’est visible (un effet avec un arbre, un poteau téléphonique ou autre)

Je pense que vous voyez ce que je veux dire ici. Mais bon, si vous avez envie de rire un bon coup, regarder la crème des “photo fails” sur cet article. Cela vous donnera des exemples de ce qu’il faut éviter.

Astuce
Si c’est déjà trop tard et que vous n’avez pas le temps de reprendre vos photos, revoir le cadre de votre image directement dans notre logiciel yearbook est une voie de secours.

11. Utilisez la lumière à votre avantage

J’adore cette citation du blog thesitsgirls.com :
“La photographie à lumière naturelle rend les choses ordinaires extraordinaires”. Pensez donc à localiser la source de lumière et à placer votre sujet au bon endroit pour en profiter. Pour les prises de vue en intérieur, il reste des astuces comme :
– La lumière naturelle qui rentre par la fenêtre
– Une ou plusieurs lampes
– La lampe de votre téléphone mobile
– Un pare-soleil de voiture pour rediriger la lumière vers votre sujet

Plus d’inspiration sur la question dans cet excellent article du blog des Clickin Mom’s : 4 manières de créer une lumière dramatique à la maison.

Nous y voilà ! Je pense que vous avez suffisamment d’indications et de nouvelles astuces pour vous y mettre. C’est ici que tout commence vraiment !

Chapter 3: Prises de vue – la recette pour réussir

Dans ce chapitre, nous allons aborder les prises de vue, ainsi que quelques conseils utiles pour préparer vos sujets. Il s’agit de savoir les mettre à l’aise pour obtenir d’eux les meilleures photos possibles. Vous allez aussi découvrir quelques astuces pour bien vous organiser (et ne rien oublier).

Portraits : préparez vos modèles

12. Invitez vos modèles à pratiquer leurs meilleures poses avant le jour J

Voici une sélection de conseils que j’ai sélectionnés dans cette excellente liste :
– Posez devant un miroir pour vous entraîner
– Optez pour un sourire naturel (et non pas forcé ou trop “posé” : attention aux duck faces !)
– Ne regardez pas directement la caméra et hochez légèrement la tête
– Pivotez votre corps de 45 degrés (par rapport à l’appareil photo)
– Soyez fier(e) de qui vous êtes (cela se verra dans votre regard)

Dernier conseil, prenez plein de photos pour avoir le choix et n’ayez pas peur de tenter des choses originales. Le résultat peut être surprenant !

13. Encouragez vos modèles à prendre soin d’eux dans la semaine qui précède la prise de vue

Evitez le manque de sommeil. Oubliez la caféine, les boissons énergisantes et le stress. Optez plutôt pour le zen et l’attitude relax. Soyez bien reposés et tâchez de montrer le cool qui sommeille en vous !

14. Donnez-leur des idées pour leurs tenues vestimentaires

Evitez d’en faire trop. J’entends par là, autant choisir une tenue confortable et qui reflète bien qui vous êtes.

Astuces
Si vous effectuez vos prises de vue en studio, évitez de porter du blanc. Cela pourrait poser des problèmes pour la lumière.

15. Pour les filles, pensez au maquillage

Encouragez-les à réfléchir à leur look assez tôt. Qu’est-ce qui leur va le mieux ? Discret ou exubérant ? Pour plus de conseils sur le sujet (je ne suis définitivement pas expert en maquillage), regardez ce qui est proposé dans cet article.

16. Détendez-vous et amusez-vous

Votre plus beau Moi, c’est le Moi se sent bien dans ses baskets. Evitez de vous mettre la pression. Rappelez-vous que le projet yearbook est une expérience sympa qui doit laisser de bons souvenirs à tout le monde. Et si vous préférez poser avec vos amis, foncez !

17. La checklist pour vos photo-portraits

  • Assurez-vous que le visage est saisi dans son intégralité. Vous pouvez toujours utiliser des accessoires, mais évitez qu’ils ne cachent les visages (l’idée étant de pouvoir se reconnaître).
  • Focalisez sur un point précis – essayez les yeux. Vous pouvez toujours demander au sujet de regarder l’objectif intensément, cela rendra le portrait plus personnel et offrira une bonne cohérence d’ensemble pour votre trombinoscope si tout le monde joue le jeu.
  • Tâchez d’être consistants. Idéalement, tout le monde est logé à la même enseigne (même cadrage, même lumière, etc.). Un, vous gagnerez du temps (et éviterez de faire des chichis pour pas grand-chose). Deux, une fois toutes vos photos assemblées dans une même rubrique, le résultat final sera plus cohérent et professionnel. 

18. La checklist pour vos photos de groupes

  • Dirigez vos modèles. Quand vous photographiez des groupes, n’hésitez pas à leur demander d’agir comme de véritables acteurs.
  • Evitez les espaces vides entre les gens et assurez-vous de ne couper personne sur les côtés.
  • Demandez à vos modèles de prendre plusieurs poses différentes. Et aussi, assurez-vous de les photographier de près, de loin et sous différents angles pour avoir le choix.
  • Assurez-vous que vos photos collent au thème et au ton de votre yearbook (professionnel, sérieux, ou loufoque et débordant de couleurs, etc.).
  • Eloignez-vous un peu pour vos portraits et photos de paysages. Cela vous permettra d’avoir suffisamment de matière si le besoin s’en fait sentir pendant le design (exemple : pour une photo de groupe en fond de page, autant avoir de l’espace autour des gens pour que tout le monde soit bien intégré sur la page). Ce sera plus confortable pour recouper vos photos durant la mise en page.
  • Vérifiez vos fichiers pour vous assurer que personne n’a été coupé malencontreusement. 
  • Utilisez la liste officielle de l’école pour n’oublier personne dans le yearbook.

19. La checklist pour vos photos de paysages

  • Si possible, choisissez bien votre heure. Juste avant le lever du soleil ou peu après le crépuscule, la lumière naturelle est à son apogée. Ce sont les meilleurs moments pour photographier vos sujets et avoir un rendu vraiment incomparable – ni trop clair, ni trop sombre.
  • Pensez bien à vérifier votre focus. Attention à focaliser sur le bon sujet. Il serait dommage d’avoir une photo nette sur le décor et floue sur les personnes que vous photographiez ! 

landscape

Pour des photos de paysages ou de bâtiments, évitez d’avoir trop de passants dans votre cadre.

20. Planifiez tout et soyez organisés

Ce que vos lecteurs verront en premier de votre yearbook, c’est le contenu visuel (photos, images, illustrations). Aussi, assurez-vous que vos photos soient aussi bien composées que vos articles. Quel est le sujet que j’aborde ? Que dit mon texte ? Ma photo peut-elle ajouter une information intéressante ? Posez ce genre de questions pour mieux planifier vos prises de vue. Enfin, de manière générale, essayez d’être prévoyants. Voici quelques points à considérer :

  • Listez tous les événements importants de l’année dans votre agenda.
  • Notez les horaires de chaque événement. Qui de votre équipe sera disponible pour couvrir l’événement ?
  • A quelle météo faut-il s’attendre ? Comment sera la lumière ce jour-là ? Faut-il se préparer au déluge ou penser à la crème solaire ?
  • Conditions d’accès : avez-vous toutes les autorisation nécessaires ? Y a-t-il un dress code ?
  • Aurez-vous besoin d’un flash, de réflecteurs ou autres accessoires techniques ? 
  • Faut-il prévoir des accessoires ou des costumes pour vos sujets ?
  • Faut-il prévoir un arrière-plan pour les photo-portraits ? Comme un drap coloré, ou quelque chose de plus kitsch ?
  • Avez-vous suffisamment de batteries sur votre appareil ? Si ce n’est pas le cas, avez-vous un plan B ?
  • Y a-t-il suffisamment de place sur votre carte-mémoire ?
  • Avez-vous besoin d’un trépied ? C’est en général très pratique.
  • Assurez-vous que vos photos racontent des histoires :
    – Une photo dit déjà beaucoup de choses. Mais elles peuvent aussi servir à rendre vos articles meilleurs.
    – Assurez-vous que vos photos ajoutent de la valeur au sujet.
    – Utilisez des légendes si nécessaire.
    – Les photos qui incluent des personnes sont toujours meilleures (en particulier dans un yearbook). Cela permet aux lecteurs de reconnaître du monde et de rappeler le contexte.
    – Prenez plein de photos et sous différents angles. C’est toujours mieux d’avoir le choix.

Chapitre 4 : touches finales – collectez, organisez et éditez vos photos

21. La collecte et l’organisation de vos photos

Avec tout ce qui se passe dans une année, vous allez probablement récolter des centaines de photos. Comme vous le savez, un yearbook est composé de pages trombinoscope, d’articles sur la vie de l’école, de compte-rendus sur des événements, etc. Evitez les complications en prenant les devants : assurez-vous que vos photographes, rédacteurs et designers sont sur la même longueur d’onde dès le début du projet. Cela vous permettra à tous d’avancer dans la bonne direction, avec une vision commune (ce qui sera particulièrement utile lorsqu’il faudra faire des choix).

Pour ce qui est de l’organisation de toutes les photos du yearbook, suivez ces quelques conseils et vous verrez qu’il sera plus facile de vous y retrouver (si tout le monde joue le jeu). En gros, il s’agit d’inviter vos équipiers à suivre des règles de base comme :

  • Une manière claire de nommer les fichiers. Idéalement, vous demanderez à tout le monde d’utiliser le nom de l’événement, ainsi qu’une description de ce qui se passe sur la photo (voire le nom de la personne qui est photographiée).
    Par exemple : “Bal de Promo – Danse – Jessica et Fred. jpg”
  • Une manière claire de les organiser dans des dossiers. Là, c’est vous qui voyez. Mais il est coutûme d’organiser des dossiers par événement, par auteur, par rubrique, etc. Si vous utilisez Fusion Yearbooks, vous pourrez collecter et organiser vos photos en ligne, en nommant/renommant les dossiers à votre convenance. C’est d’ailleurs la solution idéale pour tout centraliser (et l’équipe des designers y aura accès directement sans avoir à vous courir après). 
  • Vérifiez et supprimez les doublons.

22. Assurez-vous que vos photos sont exploitables pour l’impression

La qualité de vos photos est-elle suffisante pour une impression de qualité ? Voici quelques pistes pour vous en assurer :

  • Plus votre fichier est lourd, plus il y a de chances que ce soit bon. Si votre fichier pèse moins d’1 Mo, il y a de fortes chances pour que sa qualité soit trop juste. Même si cela semble OK à l’écran, n’oubliez pas que les détails seront accentués à l’impression (les bons comme les mauvais).  
  • Si vous apercevez des pixels à l’écran, vous pouvez renoncer à utiliser votre photo. 

Processed with VSCOcam with a6 preset

pixellated

Il n’est pas très difficile de voir la différence de qualité entre les deux images ci-dessus.
Les détails de la photo originale (gauche) ont été particulièrement dégradés (droite).

23. Editez vos photos si besoin

edit in canva

Enfin, après avoir pris une magnifique photo, vous pouvez toujours l’éditer pour lui donner un style particulier. Par exemple, si vous souhaitez faire en sorte que tout votre yearbook ait un effet vintage, vous pourrez utiliser un des effets disponibles dans notre logiciel yearbook et l’appliquer à toutes les photos de votre livre. Ou alors, vous pourrez simplement ajuster la luminosité, les contrastes ou tout ce qui vous fera plaisir !

24. Faites en sorte que cela soit une expérience appréciable (pour tout le monde !)

Ne stressez pas car le stress est contagieux. N’oubliez pas que le projet yearbook n’est rien d’autre qu’une chouette expérience collective. Tout ce qui compte, c’est que tout le monde en garde un bon souvenir.

Voilà, voilà. Je pense qu’on a fait le tour de la question. Voici les points que vous devriez avoir retenus :

  • Bien connaître votre appareil photo est important. Car l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation, la balance des blancs ou le réglage des ISO sont des réglages qui peuvent améliorer – ou détruire – la qualité de vos photos selon l’attention que vous y portez.
  • Vous devez bien réfléchir à la composition de vos photos et suivre les règles de la photographie (la règle des tiers, les lignes directrices, la symétrie, le cadrage ou l’usage de la lumière).
  • Vos photos doivent raconter une histoire (qui plus est, la bonne histoire) et être complémentaires avec le reste de l’article qu’elles illustrent.
  • Tout le monde doit bien se préparer avant les prises de vue, les modèles comme les photographes.
  • Une bonne sélection et une bonne organisation de vos photos sont synonymes d’efficacité et de gain de temps.
  • Vous avez la possibilité d’ajouter une touche finale en éditant vos photos à la fin, ce qui sera aussi profitable à la cohérence d’ensemble de votre yearbook.

J’espère que cet article vous aura été utile. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous, je me ferai un plaisir d’y répondre.

En tout cas, nous avons tous hâte de voir les résultats sur vos prochains yearbooks !

Editez les photos de votre yearbook comme un pro.

Commencez ici
The following two tabs change content below.
After a degree in corporate journalism and 4 years in a publishing agency in Paris, Julien fell into digital. Passionate about content in general, he loves turning good ideas into practical tips & tricks. That's just one of the things he does at Fusion Yearbooks, as a Digital and Content Manager.

Australia's #1 Yearbook Company